Sjećanje na žrtvu Vukovara 1991. – 2021.

Lyliane Fournier: Rješenje pitanja nestalih minimum je civilizacijske razine koju bi se trebalo očekivati od svake zemlje

Lyliane Fournier još uvijek čeka pronalazak posmrtnih ostataka svojega sina – Jean-Michela Nicoliera, francuskoga dragovoljca hrvatskoga obrambenoga Domovinskoga rata koji je ubijen na Ovčari u noći s 20. na 21. studenoga 1991. Čeka već dugih 30 godina, kao i tolike druge naše obitelji koje su još uvijek u potrazi za svojim najmilijima. U ovim tužnim danima studenoga, kada se posebno prisjećamo žrtve Vukovara i Škabrnje, ali i cijeloga Domovinskoga rata, naših ubijenih i nestalih branitelja i civila, razgovarali smo s majkom ubijenoga mladića koji je postao jednim od simbola vukovarske hrabrosti i mučeništva.

1Lyliane_Jean

Poštovana gospođo Fournier, zahvaljujemo Vam što ste pristali s nama podijeliti svoje osjećaje i prisjetiti se bolnih i tužnih događaja koji su nedvojbeno Vama i cijeloj Vašoj obitelji promijenili život zauvijek.

Da, nikada nisam ni sanjala da ću se naći u ovoj situaciji. Ali kako izreka kaže, „Čovjek snuje, a Bog određuje“. Moja obitelj i ja dobili smo za nas težak križ, s kojim se nosimo uz Božju pomoć kako umijemo i znamo posljednjih dugih 30 godina.

Prije 10 godina došla sam živjeti u Hrvatsku, bliže kostima svojega sina, u nadi da ću tako mjerodavne institucije češće moći podsjećati da postojim, da sam tu, i da još čekam zajedno s drugih 1857 obitelji pronalazak naših nestalih. Sve te obitelji imaju iste priče koje još nisu završene.

Lyliane i Nevenka

Majka Jean-Michela Nicoliera i Nevenka Nekić, autorica knjige 'Jean ili miris smrti'

Kako komentirate tijek istraga u ovih 30 godina? Je li bilo boljih i lošijih razdoblja?

Iako se ja nikad nisam bavila politikom, a pogotovo mi je zbog jezične barijere ovu hrvatsku otežano pratiti, sigurno je da su istrage, htjeli mi to ili ne htjeli, povezane s političkim događajima. Tako su se onda istrage, vjerujem, i odvijale.

U početku sam vjerovala da ću ipak pronaći svoje dijete negdje živo, u nekom logoru, i tako sam živjela u nadi i iščekivanju. Kako je vrijeme sve više prolazilo, tako sam postupno počela gubiti nadu da ću ga pronaći živoga. Suočavanje s gubitkom djeteta koji vam još nitko ne može ni sigurno potvrditi, strašna je bol. Uz potpuni osjećaj nemoći osluškivala sam svaku informaciju koja bi mi mogla pomoći. Sada, nakon 30 godina, kada sam već pri kraju svojega života, pitam se hoću li morati umrijeti a da ne nađem svojega Jean-Michela i dostojanstveno ga pokopam.

Koje su Vam se situacije najviše urezale u sjećanja u posljednjih 30 godina?

U ovih 30 godina svjedočila sam mnogim nevjerojatnim događajima. Bešćutno ubijanje civila i branitelja bez suda, a naočigled cijele međunarodne zajednice, i to u 20. stoljeću! Nakon rata uslijedilo je izjednačavanje žrtve i agresora, marginaliziranje branitelja, presuda u Haagu za Ovčaru kada su glavni protagonisti bili oslobođeni!

Europa je prešutno odobrila elemente genocida izvršene na prostorima Hrvatske, što joj zaista ne služi na čast. Kako je Međunarodnomu Crvenomu križu i Europskoj misiji promaknulo 6 autobusa ranjenika iz Vukovarske bolnice po koje su oni i došli nakon što je pao grad Vukovar? I kako je moguće da do dana današnjega zločinci nisu kažnjeni? No, nakon svega, više me ništa ne čudi.

Lyliane fotografije DR

Kada ste se najviše ponadali da bi Vaš sin ipak mogao biti pronađen?

Dok Hrvatska nije još bila članicom EU-a, dok su se izjednačavali žrtva i agresor, i dok se nisu završili procesi u Haagu, pogotovo s vašim generalima, političke su okolnosti bile takve da se nisam puno nadala pronalasku svojega sina.

Isto tako mogu reći da kada je general Medved postao ministrom hrvatskih branitelja, da sam se tada ponadala da će se stvari pokrenuti, pa čak i promijeniti, jer su mi mnogi Jean-Michelovi suborci i hrvatski prijatelji svjedočili da je on taj pravi čovjek na pravom mjestu. Da je on jedan od njih koji je bio ratnih godina spreman položiti život na oltar domovine. Da posjeduje svu potrebnu empatiju i ima razumijevanja za stradalnike Domovinskoga rata.

Lyliane Medved s fotkama

Lyliane Medved

Također sam se nadala da će hrvatskim braniteljima biti vraćeno dostojanstvo i poštovanje kakvo uobičajeno branitelji imaju drugdje u svijetu. Koliko je meni poznato, Ministarstvo hrvatskih branitelja uložilo je mnogo napora u prethodnom razdoblju, ali očigledno se opet politika upetljala pa rezultati nisu zadovoljavajući i nešto treba promijeniti.

Kako gledate na današnje odnose između Srbije i Hrvatske?

Nikako! Kako je moguće uopće surađivati s nedavnim neprijateljem i agresorom ako elementarni problemi nisu riješeni, bez isprike i uz negiranje okupacije, odnosno elementarnih činjenica?!

Sudjelovanje SDSS-a i g. Pupovca u Vladi RH, gdje oni kao manjina rješavaju krucijalne i strateške probleme za hrvatsku državu, smatram skandaloznim. Rješenje pitanja nestalih, prema mojemu mišljenju, minimum je civilizacijske razine koju bi se trebalo očekivati od svake zemlje. A oni bacaju vijenac za poginule agresore u Vukovaru 17. studenoga, i nikom ništa! I to sve prolazi, kao da je to normalno. Ono što očekujem od svake pa onda i od ove hrvatske vlade jest da pronađe posmrtne ostatke naših sinova.

Lyliane i vukovarske braniteljice

S vukovarskim braniteljicama

Upoznata sam s činjenicom da se provode izvidi i vode istrage na terenu, ali dok Srbija ne da arhive iz Beograda, ne mislim da se mogu naći nestali. Prema mojemu mišljenju, Srbiju se ne bi trebalo ni zvati, a kamoli prihvatiti u zajednicu europskih naroda sve dok ne ispuni elementarne uvjete. A tih uvjeta ima još podosta, pa bi i hrvatski političari morali to uzeti u obzir kada se govori o srpskom članstvu u EU-u.

Možete li malo komentirati kako bi Hrvatska trebala postupati u današnje vrijeme i što bi pomoglo u rješavanju otvorenih pitanja, od kojih su ova o kojima govorite sigurno jedna od najbolnijih?

Ono što ja posebno ne razumijem jest zašto se u Hrvatskoj tema nestalih spominje tek usput i prigodno. Mnogi mladi ljudi dali su svoje živote za ovu zemlju, a njihovi roditelji i dalje ih traže. Mnoge su majke umrle a da nisu našle svoje sinove. Ne radi se tu samo o mojem sinu, ne smiju se zaboraviti i mnogi drugi poginuli branitelji i civili koje se još traži.
Hrvatska bi, prema mojemu mišljenju, trebala inzistirati na istini i rasvjetljavanju zločina. Nema budućnosti bez neraščišćene prošlosti! Tko to ne razumije, slijep je čovjek u prenesenom smislu riječi. Svi smo vidjeli kako se Europa ponašala za vrijeme rata, a u tom nam je najbolji primjer Ovčare. Zato je na Hrvatskoj kao novoj članici, koja je na svojoj koži osjetila sve te nepravde i posrnuća europskih institucija, posebna odgovornost. Republika Hrvatska treba po pitanjima ljudskih prava biti čvrsta i uvijek tražiti glede toga saveznike s kojima može braniti civilizacijsku razinu koja se očekuje od Europske unije.

Remete

Remete

Crkva u Remetama

Imate li informacija kako teku suđenja odgovornima za brojne ratne zločine s kojima su zauvijek ugašeni toliki životi?

Koliko je meni poznato, sudski procesi, ako su i pokrenuti, duboko su u ladicama i traju godinama i godinama. Slažem se s gospodinom Plenkovićem kada govori da ratni zločini ne zastarijevaju. Međutim, mi – majke, očevi, braća i sestre – starimo, i sve nas je manje i manje u potrazi za članovima svojih obitelji. Nemamo mogućnosti biti pokopani zajedno sa svojim najbližima koje toliko dugo tražimo. Istovremeno, zločinci umiru nekažnjeni, pa onda činjenica da zločini ne zastarijevaju gubi svaki smisao.

Meni je zaista neshvatljivo kada čujem u 21. stoljeću obrazloženje da su zločinci nedostupni. Postoji mogućnost suđenja i dosuđivanja u njihovoj odsutnosti. Postoje brojni mehanizmi, međunarodni uhidbeni nalozi, zahtjevi za izručenje. No hrvatska država i njezine pravosudne institucije nakon 30 godina još uvijek skupljaju dokaze. Gdje toga još na svijetu ima?

Nelogično mi je također koliko se samo energije troši na pozdrav „Za dom spremni“ kojim su se HOS-ovci koristili u ratu, za razliku od energije koja se troši da se nađu naši nestali branitelji, što uključuje i pripadnike HOS-a. Govori se o jednom sloganu na odori HOS-ovih pripadnika dok je u Srbiji rehabilitirano četništvo i dok ni 2 kilometra od biste general-bojnika Blage Zadre na teritoriju Republike Hrvatske stoje mauzoleji četnicima o kojima nitko ne govori.

Lyliane_Zadro

S Katom Zadro, udovicom Blage Zadre

Lyliane Medved Zadro

Lyliane_bista

Hvala Vam na ovom razgovoru. Imate li možda poruku za kraj?

Dragi Hrvati, dobili ste uz istinske ratnike heroje rat, ali sada dobro pazite da svoju slobodu ne izgubite u miru. Nemojte zaboraviti svoje žrtve jer vam se onda povijest može ponoviti. Imate prekrasnu zemlju i vrijedne ljude, njegujte vrijednosti za koje su brojni civili i branitelji položili svoje živote na oltaru domovine.

Razgovarala: Ivana Tanovitski

******

POD BIJELOM TIŠINOM

Hrvatska nije samo riječ,
što odzvanja kao mati,
ona je i šum vjetra
koji se poljima zlati.

Hrvatska nije samo usklik,
što iz grla mnogih se dijeli,
ona je i himna tišini
koju nose križevi bijeli.

Anita Martinac
(Iz 7. zbornika domoljubne poezije „Grad u školjci“)

 

Entretien avec Madame Lyliane Fournier: Devrais-je mourir sans retrouver mon fils ?

En souvenir d'une des victimes de Vukovar 1991 - 2021

Lyliane Fournier: La résolution des questions restées sans réponse est, à mon avis, le minimum de niveau de civilisation à attendre de chaque pays

Lyliane Fournier attend toujours de retrouver les vestiges de son fils - Jean-Michel Nicolier, combattant bénévole français pendant la guerre de défense de la patrie croate, éliminé à Ovčara dans la nuit du 20 au 21 novembre 1991. Elle attend depuis trente ans, tout comme tant d'autres de nos familles qui sont toujours à la recherche de leurs proches. Et en ces jours tristes de novembre, lorsque nous nous souvenons particulièrement des victimes de Vukovar et de Skabrnja, mais aussi de l'ensemble la guerre pour la patrie ainsi que de tous nos défenseurs et civils tués et disparus, nous avons parlé à la mère de ce jeune homme assassiné qui est devenu l'un des symboles du courage et martyre de Vukovar.

1Lyliane_Jean

Chère Madame Fournier, merci d'avoir accepté de partager vos sentiments avec nous et de vous souvenir des événements tristes et douloureux qui ont sans aucun doute changé à jamais votre vie et celle de toute votre famille.

En effet, je n'ai jamais imaginé devoir me retrouver un jour dans cette situation. Mais comme dit le proverbe, "l'homme imagine et Dieu décide". Ma famille et moi avons reçu une croix qui nous assemblée bien lourde et que nous avons portée avec l'aide de Dieu, comme nous pouvions et savions ces trente dernières années.

Il y a dix ans, je suis venue vivre en Croatie pour être près des restes de mon fils et avec l'espoir de pouvoir rappeler plus souvent aux institutions pertinentes que j'existe, que je suis ici et que j'attends toujours avec les autres 1857 familles que les personnes disparues soient retrouvées. Toutes ces familles ont des histoires analogues qui ne sont pas encore terminées.

Lyliane i Nevenka

Avez-vous des informations sur le déroulement des enquêtes au cours de ces trente dernières années ? Y a-t-il eu des périodes meilleures ou pires ?

Alors que je n’ai jamais fait de politique, j’ai du mal à suivre la politique croate, notamment à cause de la barrière de la langue. Il est toutefois certain que le déroulement d’enquêtes de ce genre est lié à la politique et que ces enquêtes l’ont été.

Au début, j'ai cru que je retrouverai mon enfant encore vivant quelque part dans un camp, et j'ai donc vécu dans l'espoir et l'anticipation. Au fil du temps, j'ai progressivement commencé à perdre l’espoir de le retrouver vivant. Faire face à la perte d'un enfant que personne ne peut encore confirmer avec certitude est une douleur extrême. Avec un sentiment d'impuissance totale, j'ai écouté toute information qui pourrait m'aider. Maintenant, après trente ans, alors que j'approche de la fin de ma vie, je me demande si je devrai mourir sans retrouver mon Jean-Michel et l'enterrer dignement.

Quelles situations vous ont le plus marquée au cours des trente dernières années ?

Au cours de ces trente dernières années, j'ai été témoin de beaucoup de choses et d'événements incroyables. Le meurtre impitoyable de civils et d'anciens combattants qui n’a pas donné lieu à des procès, avec apparemment l’approbation de l'ensemble de la communauté internationale, et ce au 20e siècle ! La guerre a été suivie de l’assimilation délibérée de la victime et de l’agresseur, de la marginalisation des défenseurs, du verdict de La Haye sur ce qui s’est passé à Ovcara et qu’a suivi la libération de ses principaux protagonistes !

L'Europe a tacitement approuvé les éléments du génocide commis en Croatie, ce qui ne sert vraiment pas son honneur. Comment la Croix-Rouge internationale et la Mission européenne ont-elles manqué les six autobus des blessés de l'hôpital de Vukovar qu'elles étaient venus chercher à la chute de la ville ? Et comment est-il possible que les criminels responsables n'aient pas été punis jusqu’à ce jour ? Mais après tout, plus rien ne me surprend !

Lyliane fotografije DR

Quand espériez-vous le plus que votre fils puisse encore être retrouvé ?

Alors que la Croatie n'était pas encore membre de l'UE, que la victime et l'agresseur étaient assimilés, et jusqu'à la fin des procès de La Haye, notamment contre vos généraux, les circonstances politiques étaient telles que je n'avais pas grand espoir de retrouver mon fils.

Je peux aussi dire que lorsque le général Medved est devenu ministre des Anciens combattants, j'espérais que les choses allaient démarrer et même changer, car beaucoup de camarades de Jean-Michel et d'amis croates m'ont témoigné qu'il était la bonne personne au bon endroit, l'un d'entre eux qui avait été, dans les années de guerre, prêt à donner sa vie sur l'autel de la patrie, qu’il possédait toute l'empathie et la compréhension nécessaires pour les victimes de la guerre pour la patrie.

Lyliane Medved s fotkama

Lyliane Medved

J'espérais également que les anciens combattants croates retrouveraient la dignité et le respect que les anciens combattants ont habituellement ailleurs dans le monde. Autant que je sache, le ministère des Anciens Combattants a fait beaucoup d'efforts au cours de la période passée, mais le politique a dû intervenir une fois de plus car les résultats ne sont pas satisfaisants. Il est évident que quelque chose doit changer.

Comment voyez-vous aujourd'hui les relations entre la Serbie et la Croatie ?

D’aucune façon ! Comment est-il possible de coopérer avec le récent ennemi et agresseur tant que les problèmes élémentaires n'ont pas été résolus, sans excuses de sa part mais négation de l'occupation, c'est-à-dire des faits élémentaires ?

Je considère scandaleuse la participation du SDSS et de M. Pupovac au gouvernement de la République de Croatie où ils résolvent, en tant que minorité, des problèmes cruciaux et stratégiques pour l'État croate ; la solution au problème des disparus est à mon avis le niveau minimum de civilisation que l'on doit attendre de tout pays. Et quand les représentants de la minorité serbe déposent une gerbe pour les agresseurs tués à Vukovar le 17 octobre, personne ne réagit. Tout se passe, comme si c'était normal. Ce que j'attends de tout gouvernement croate et donc du gouvernement actuel en Croatie, c'est de retrouver les restes de nos fils.

Lyliane i vukovarske braniteljice

Je sais que des enquêtes sont menées, que certaines ont lieu sur le terrain, mais tant que la Serbie ne fournit pas les archives qu’elle détient à Belgrade, je ne pense pas que les disparus puissent être retrouvés. À mon avis, la Serbie ne devrait même pas être appelée, et encore moins acceptée dans la communauté des nations européennes tant qu'elle ne remplit pas les conditions de base. Et il y a encore beaucoup de telles conditions. Les politiciens croates doivent donc en tenir compte lorsque l’on aborde la question de l'adhésion de la Serbie à l'UE.

Pouvez-vous commenter tant soit peu comment la Croatie devrait agir aujourd'hui et ce qui aiderait à résoudre les problèmes en suspens, dont ceux dont vous parlez sont certainement parmi les plus douloureux ?

Ce que je ne comprends pas particulièrement, c'est pourquoi le sujet des disparus n'est évoqué que sporadiquement en Croatie. Beaucoup de jeunes ont donné leur vie pour ce pays, et leurs parents les recherchent toujours. Bien des mères sont mortes sans retrouver leurs fils. Il ne s'agit pas seulement de mon fils, nous ne devons pas oublier les nombreux autres anciens combattants et civils tués qui sont toujours recherchés.

À mon avis, la Croatie devrait insister sur la vérité et l'élucidation des crimes. Il n'y a pas d'avenir sans passé résolu ! Celui qui ne comprend pas cela est aveugle au sens figuré. Nous avons tous vu comment l'Europe s'est comportée pendant la guerre, et l'exemple d'Ovcara est le meilleur en ce sens. C'est pourquoi la Croatie, en tant que nouveau membre de l’UE, qui a ressenti toutes ces injustices et faux pas des institutions européennes, a une responsabilité particulière. La République de Croatie doit être ferme sur les questions des droits de l'Homme et toujours chercher des alliés avec lesquels elle peut défendre le niveau de civilisation attendu de l'Union européenne.

Remete

Crkva u Remetama

Avez-vous des informations sur les procès en cours des responsables des nombreux crimes de guerre avec lesquels tant de vies ont été perdues à jamais ?

Pour autant que je sache, les poursuites, si elles sont engagées, reposent au fond des tiroirs et durent des années et des années. Je suis d'accord avec M. Plenković lorsqu'il dit que les crimes de guerre n’ont pas de prescription. Cependant, nous, mères, pères, frères et sœurs, vieillissons et nous sommes de moins en moins nombreux à rechercher des membres de nos familles. Nous n'avons pas la possibilité d'être enterrés avec nos proches que nous avons recherchés pendant si longtemps. Parallèlement, les criminels meurent impunis, et alors le fait que les crimes ne sont pas susceptibles de prescription perd tout son sens.

C'est vraiment incompréhensible pour moi quand j'entends au 21ème siècle expliquer que les criminels sont inaccessibles. Il existe la possibilité de procès et jugements par contumace et de nombreux mécanismes tels mandats d'arrêt internationaux, demandes d'extradition. Cependant, après trente ans, l'État croate et ses institutions judiciaires continuent de rassembler des preuves. Où ailleurs dans le monde y a-t-il quelque chose de semblable ?

Il me semble également illogique que tant d'énergie soit dépensée à propos du salut "Prêt pour la défense du foyer" utilisé par les membres du HOS pendant la guerre, par comparaison à celle employée pour retrouver nos défenseurs disparus, membres du HOS compris. On parle beaucoup du slogan sur l'uniforme des membres du HOS alors que les Tchetniks ont été réhabilités en Serbie et qu'à moins de 2 kilomètres du buste du général de division Blago Zadro, sur le territoire de la République de Croatie, il y a des mausolées de Tchetniks dont personne ne parle .

Lyliane_Zadro

Lyliane Medved Zadro

Lyliane_bista

Merci pour cette conversation. Avez-vous un message pour la fin ?

Chers Croates, vous avez gagné la guerre avec des guerriers véritables héros, mais maintenant prenez garde à ne pas perdre votre liberté en période de paix. N'oubliez pas vos victimes car l'Histoire pourrait se répéter à vos dépends. Vous avez un beau pays et des gens qui travaillent dur, nourrissez les valeurs pour lesquelles de nombreux civils et anciens combattants ont laissé leur vie sur l'autel de la patrie.

Ivana Tanovitski

Sub, 4-12-2021, 20:40:37

Komentirajte

Zadnji komentari

Kolumne

Telefon

Radi dogovora o prilozima, Portal je moguće kontaktirati putem Davora Dijanovića, radnim danom od 17 do 19 sati na broj +385-95-909-7746.

Poveznice

Snalaženje

Kako se snaći?Svi članci na Portalu su smješteni ovisno o sadržaju po rubrikama. Njima se pristupa preko glavnoga izbornika na vrhu stranice. Ako se članci ne mogu tako naći, i tekst i slike na Portalu mogu se pretraživati i preko Googlea uz upit (upit treba upisati bez navodnika): „traženi_pojam site:hkv.hr".

Administriranje

Pretraži hkv.hr

Kontakti

KONTAKTI

Telefon

Telefon Tajništva
+385 (0)91/728-7044

Elektronička pošta Tajništva
Elektronička pošta Tajništva
Ova e-mail adresa je zaštićena od spambota. Potrebno je omogućiti JavaScript da je vidite.

 

Elektronička pošta UredništvaElektronička pošta Uredništva
Ova e-mail adresa je zaštićena od spambota. Potrebno je omogućiti JavaScript da je vidite.

Copyright © 2021 Portal Hrvatskoga kulturnog vijeća. Svi sadržaji na ovom Portalu mogu se slobodno preuzeti uz navođenje autora i izvora,
gdje je izvor ujedno formatiran i kao poveznica na izvorni članak na www.hkv.hr.
Joomla! je slobodan softver objavljen pod GNU Općom javnom licencom.

Naš portal rabi kolačiće radi funkcionalnosti i integracije s vanjskim sadržajima. Nastavljajući samo pristajete na tehnologiju kolačića, ali ne i na razmjenu osobnih podataka.